Une vidéos qui donne envie de partir à la neige ! Mais avant cela il faudra s’entrainer non pas à skier mais à tirer comme le mec de la vidéos !!!!!

A+,O.B

1 Comment, Written on octobre 25th, 2011 , NEWS, Vidéos " au coeur de la battue "

MA PREMIERE FOI

Tout est arrivé un matin d’octobre 2010.

Chasseur de Bécasse , j’avais pris cette année une part dans une chasse dans l’Ain. Ce matin là, j’étais parti pour essayer de débusquer une mordorée. Etant nouveau dans la société de chasse, j’ appelais le président pour qu’il me confirme que nous pouvions chasserce jour la Bécasse  maiscelui-ci m’annoncait que ce matin là il y avait battue aux sanglier. Étant sur place le président me proposa de me joindre à eux et je ne me fis pas prier, vu que depuis l’année d’avant j’avais pris le syndrome de la passion de la chasse au sanglier.

Ce jour là, j’étais accompagné de mon Père ( fan de Bécasse lui aussi ) mais pas non plus contre aller faire une petite battue. Il était 8h30 nous étions autour d’un excellent casse-croute, indispensable à une belle journée de chasse avec toujours la même ambiance ou chacun raconte ses histoires et ses expérience de chasse, des moments ou l’on en prend plein les oreilles et ou on sent met plein la tête,  c’est bon ça !!!

9h45, les pieds de sangliers avaient été faits et le président commencé à annoncer les postes. Nous étions 10 chasseurs et 5 chiens pour 350 hectares.
Le président attribua les postes et me donna le poste au coeur de la battue car il savait que je jouai numéro 10 au foot !!
Il faisait froid et gris, la pluie était au rendez vous.

Après 20mn de marche nous arrivions au poste avec mon Père. C’était un poste athypique car je pouvais tirer de tous les côtés, encore plus excitant! Mais la pluie avait laissé un voile de brume blanc et la visibilité était moyenne.

Nous commencions notre attente et déjà au loin nous entendions quelques chiens. C’étaient les bruno du Jura qui se rapprochaient accompagnés du gars qu’on appelait le savoyard.
Tout se rapprochait, les pulsations commençaient à s’accélérer,  mes yeux fixaient à droite, à gauche, devant, derrière et  je ne savais plus ou donner de la tête. Même si il n’y avait que trois chiens, les clochettes et les aboiements faisaient un réel vacarme qui me prenait aux trippes. Et tout a coup, je pu enfin apercevoir les chiens les situer et  je redoublais de méfiance mais généralement quand on voit les chiens c’est déjà trop tard il parait ? Finalement les chiens repartent et là avec mon  Père on se regarda sans parler mais on savait qu’on s’était fais avoir. Les chiens s’éloignaient  toujours en menant mais petit à petit les aboiements disparaissaient avec la distance.

Soudain un renard débouche de la draille (petit chemin) !! je le prend en mire pleine tête, il était mort si mon doigt avait appuyé sur la détente mais dans un coin de ma tête, ni une ni deux, je me rappelais des petites histoires qu’on m’avait raconté et qui disaient souvent après le renard y à le cochon !

Une fois de plus ça ne manquait pas et dans la brume du sous bois le cochon se dérobait des chiens et revenait sur ses pas au petit trop comme tranquillement, mais on était là ! Je le pris en joue mais comme le bois était dense je ne pouvais pas le viser correctement, alors pour avoir une bonne visibilité je me décalais d’un pas et là !!!!!!!! je mis mon pieds sur une branche qui craquait subitement !!!!  A cet instant le cochon s’arréta, me regarda et d’un coup de rein sec fit un demi tour. Je tremblai comme un fou mais ma concentration était tel que je lui envoya deux balles à la vitesse d’un becassier et la le cochon ne bougeât plus d’un centimètre. Il était bel et bien sur le carreau mais bougeait encore un peu alors on s’en approcha tout doucement afin de le contempler et de lui rendre les honneurs.

J’étais heureux, mon père aussi à en avoir presque les larmes aux yeux.

Voilà l’histoire de mon premier cochon toute l’équipe était contente ça faisait 2 ans que cette petite société de 14 chasseurs n’avait pas tué de sanglier.

Et moi aujourd’hui je continue les battues et pour rien au monde je n’arrêterais cette chasse. Merci à tous et à bientôt les amis!!

V.P

2 Comments, Written on octobre 23rd, 2011 , Nos histoires de Chasses

Mon premier sanglier, une émotion encore intacte !

C’était un dimanche, la nuit avait été courte vu que je n’avais pas beaucoup dormi, tellement excité à l’idée de faire ma première battue au sanglier. Durant toute la nuit j’avais imaginé cette possible rencontre avec un gros sanglier pour cette première partie de chasse.

Le réveil n’avait pas eu besoin de me sortir du lit, les affaires étaient prêtes depuis samedi après-midi et après un petit déjeuner rapide nous prenions là route avec mon père.

Direction Bormes ! Une heure et demie de route après nous arrivions au rendez-vous au lieu dit les Berles, situé dans un vallon au bout d’un chemin de terre à environ 2 km avant l’entrée du village.

Le jour se levé à peine et la journée s’annoncée belle. Quelques chasseurs étaient déjà là autour d’un feu, notamment les plus anciens levés déjà depuis belle lurette et qui commentaient chacun leur tour ce qu’ils pensaient qu’il fallait faire (quel secteur de battue) aujourd’hui. D’autres étaient déjà partis faire les pieds pour analyser plus sagement la situation.

Toute l’équipe était pratiquement présente et arrivé enfin l’expert, le chef de la battue, l’enfant du pays qui connaissait la chasse, les sangliers et leur territoire mieux que quiconque. R un personnage incontournable qui salué un à un son équipe, ses collègues et amis pour ensuite prendre la parole avec son bel accent du midi.

 » Tous le monde à signer le carnet de Battue, bon avant toute chose je vous rappelle les consignes de sécurité…… » une fois le cérémonial officiel terminé, on passé aux choses sérieuses.

 » Bon, messieurs,  aujourd’hui, on va faire au dessus du parc ! « Après avoir recompté le nombre de fusils, le cérémonial, cette fois si traditionnel et incomparable nul part ailleurs allez commencer avec comme chef D’orchestre R.

 » Alors, d’abord on va poster la crête du haut. Donc J.L tu vas prendre R, M et J et tu les postes tous les trois. Tu mets R. au premier PAS  (autre nom employé pour désigner le poste) comme il n’arrive pas bien à marché !  »  » Ou le premier PAS ?  » situation traditionnelle à chaque fois que R. donné les postes y en avait toujours un qui soit ne savait pas bien ou était le PAS  ou soit un autre qui disait «  oui mais l’autre jour les cochons ils sont passés un peu plus haut ou un peu plus bas se serait mieux de faire comme ci ou comme ça  » et au final  R. éclaircicait rapidement la chose et expliquait au chef de ligne et à chaque posté son emplacement exact.

Après avoir désigné plusieurs lignes, mon père connaissait déjà son PAS, mais moi je n’étais pas encore posté. R. désigna enfin la dernière ligne, celle des pylônes (cette ligne se profilé sous des grands pylônes électrique et coupé un versant de la colline en deux) dont je faisais partis. J’héritai du dernier PAS celui du Pylône d’en bas, situé à quelques dizaines de mètres du chemin emprunté le matin pour arrivé au rendez-vous.

Alors que tous les autres PAS de la ligne se postés par le haut de la colline, celui ci se posté par les bas. C’est R. en personne qui m’emmena me placer.

En arrivant, je fus très concentré sur les explications de R., comment aller se dérouler la battue, ou ils allaient lâcher les chiens, ou étaient posté les autres chasseurs (pour pouvoir tirer en toute sécurité) et ou se situés les carailles (mot désignant les endroits de passage du sanglier). Tous ces éléments me plongèrent dans une grande phase d’excitation  mais aussi me rassurèrent et me permire de me trouver dans de bonnes conditions de chasse.

Et enfin je me retrouver seul au poste face à la colline et ses mystères attendant le lancement de la chasse pour armer mon fusil. A cette époque je chassais avec un calibre 16 hérité de mon grand-père.

En entendant non loin les 4×4 arrivés et surtout les clochettes et les aboiements des chiens qu’ils transportaient je compris que la battue allait bientôt être lancée. Et voilà !c’était partie ! une symphonie extraordinaire au milieu de cette colline silencieuse, un mélange harmonieux entre les clochettes des chiens et les premiers aboiements des chiens de pieds.

Mais après quelques dizaines de minutes, ce mélange harmonieux se transforma, les chiens de pieds avaient emmenés avec eux les chiens de voix sur des traces fraiches et en débusquant les premiers sangliers, l’orchestre se mis en route.

Et s’est à ce moment là que l’excitation se transforma en une légère montée d’adrénaline. Tous les sens en éveil, réagissant au moindre bruit ou au moindre craquement.

D’autres meutes, ayant été lâchées sur d’autres zones, se faisaient maintenant entendre et les premiers coups de fusil venaient amplifier ma montée d’adrénaline. J’étais statique à l’affut du moindre bruit, de moindre mouvement.

Au milieu de toutes ses voix de chiens, il me sembla à un moment entendre un chien seul avec une voix différente et bien particulière qui ne se faisait entendre que toutes les dix seconde juste par un  » bouhhhh ». Cette voix me sembler venir dans ma direction mais pas évident à distinguer quand c’est la première fois.

A ce moment là je me souvenais que R. m’en avait parlé, car au milieu de toutes ses explications je me souvenais d’un coup, que dans la voiture avec nous en allant se poster il y avait une petite chienne avec nous confortablement allonger à mes pieds. C’était la chienne de Raymond, la meilleure. C’était un croisement  entre je ne sais quelles races mais elle était toute petite, grise et noire, elle s’appeler Olga , et R. m’avait dit  que si je l’entendais faire « bouhhh », « Gueille »(expression pour dire attention).

A ce moment là, je prix conscience que peut-être ce moment tant espéré qui allez arriver.

La voix était loin mais se rapproché de plus en plus dans ma direction. Imagination ou réalité, il me semblé en même temps entendre des branches se casser également en venant dans ma direction. Plus le bruit avancé moins le doute subsisté. Il y avait bien quelque chose qui arrivait. Je mis mon fusil à l’épaule canon vers le bas pour éviter de trop forcer d’avoir le bras qui tremble, les yeux rivés sur l’endroit d’ou venait le  bruit. Mon cœur battait de plus en plus vite mon souffle était rapide mais malgré tout j’essayé de resté le plus calme possible pour être concentré et efficace.

Et soudain, il apparu devant moi à environ 80 mètres dans un zone dégagée. Il s’arrêta 10 seconde pour écouter les chiens et se mis à foncer dans ma direction !

A ce moment là vous ne sentez plus votre cœur battre parce qu’il s’est en fait arrêté !!!!vous ne respirez plus,  vous êtes concentré, vous visez et la première balle part ! Le sanglier est touché à l’arrière train, il pousse un crie strident tout en continuant à avancer vers moi mais je ne laisse pas tomber ma concentration et le remet en joue. Je vise de nouveau le creux de son épaule et la deuxième balle part !

Il s’effondre à une dizaine de mètre de moi succombant dans un dernier râle. Il bouge encore ! Que faire c’est mon premier ! Je réarme tout de suite et là mon corps se mis à réagir. Mes mains trembles, mon cœur bat à cent à l’heure, je suis tellement heureux que je voudrais crier à tout le monde que ça y est je l’ai tué !!!! Mais je veux d’abord allez le voir. Contempler cette bête si convoité car si courageuse et si respecté.

Ce moment aurait fait rire certainement beaucoup de monde à me voir faire ! Je m’approchais fusil chargé dans sa direction, un mélange de curiosité et de peur se mélangé. Munis de 2 ou 3 pierres ramassées juste avant, je les envoyées une à une sur la bête pour voir si elle réagissait ou si elle était belle et bien morte. 1 pierre ! 2 pierre !Pas de réactions !

Je m’approchais enfin pour la regarder, la toucher, voir mon coup de fusil et lui rendre un dernier hommage !

C’était mon premier sanglier et j’étais vraiment heureux et fier !!!!

A+,OB.

5 Comments, Written on octobre 22nd, 2011 , Nos histoires de Chasses

Bonjour à tous,

me voici de retour aprés un long moment d’hibernation.

Mais avec l’ouverture de la chasse et surtout un bon coup de boost de ces messieurs « Je et Cedrico » , la motivation est revenue et j’ai décidé de m’y remettre. Cette passion pour la chasse est tellement forte qu’à travers ce site je voudrais la partager avec tous les autres passionnés !

Maintenant, on va prendre le temps de s’y mettre et je pense que pour commencer je vais vous raconter chaque semaine une de mes nombreuses aventures de chasse depuis ma première ouverture à 16 ans jusqu’à aujourd’hui !

A bientôt pour ma première histoire,

O.B

2 Comments, Written on octobre 19th, 2011 , NEWS

 Bonjour à tous !

comme tous les passionnés de notre chasse préférée « au sanglier !!!!!! »  biensûr, vous êtes plus d’un à avoir déjà visionné sur la toile des vidéos de chasse tournées au cours de battues patout en France. Mais ne trouvez vous pas que ceux sont celles en caméra embarquée qui sont les plus captivantes.

Et bien aujourd’hui j’aimerais que ce site soit celui des experts de la vidéo en caméra embarquée, afin de vivre des actions de chasses comme si l’on y était !

Des histoires et des vidéos pour RÊVER  et espérerer partager un jour les mêmes moments !!

Alors n’attendez plus et venez poster vos vidéos en caméra embarquée.

merci

A bientôt

OB

1 Comment, Written on mars 27th, 2011 , NEWS

Quand vous voyez cette image en page d’accueil, ne vous imaginez -vous pas un dimanche d’octobre posté, il est 8h10 et vous entendez au loin les grosses voix de ces griffons qui semble-t-il viennent vers vous ? Et soudain ce petit craquement dans les roseaux qui fait monter votre adrénaline, accélérer vos pulsations cardiaques, vous tremblez légèrement mais vous restez concentré. Vous respirez doucement et votre sens auditif vous semble plus développé que d’habitude. Et de nouveau un autre craquement et un autre, mais vous n’arrivez pas bien à localiser exactement ce bruit camouflé par la rivière. En attendant les chiens se rapprochent de plus en plus et à ce moment là, les petits craquements se transforment en un véritable raffus qui vous tétanise presque .

Et le moment tant attendu arrive, une masse noire et grise s’avance et là …..

Je vous laisse imaginez la suite !!!!

C’est pour partager ces moments là et cette passion de la chasse au sanglier que j’ai décidé de créer ce site, mais il va falloir un peu de temps c’est le premier donc soyez patients.

merci

A bientôt !

OB

3 Comments, Written on mars 16th, 2011 , NEWS

La Chasse au Sanglier is proudly powered by WordPress and the Theme Adventure by Eric Schwarz
Entries (RSS) and Comments (RSS).

La Chasse au Sanglier

Une passion pour des moments de vie inoubliables !